Retour page d'accueil, location saint raphael, location Agay,location Boulouris
location villa bord de mer Var
Le Bord de Mer
Salle à manger
Wifi
Tableau des périodes, Planning, disponibilités.
 

La villa.

location villa bord de mer Var Saint-Raphaël Côte d'azur.
(locations villa bord de mer Côte d'Azur).

 

 

la villa d'Anthéor,villa bord de me pied dans l'eau Agay Saint Raphael Côte d'azur

 

 

 

La villa "Lou Crémadou".

Anthéor.

 

  • Surface 100 m² + terrasses avec salon de jardin.
  • 6/8 personnes.
  • Vue mer.
  • Salon climatisé, téléviseur LCD sat plat et lecteur DVD.
  • Accès Internet Haut débit Par Wifi.
  • Trois chambres climatisées.
  • Salle à mange climatiséer.
  • Cuisine équipée, plaque 4 feux + four, réfrigérateur/ congélateur.
  • Lave linge, lave vaisselle.
  • Salle de bain.
  • 2 WC
  • Accès direct à la mer, plage privée.
  • Garage couvert.
  • Salon de jardin et barbecue.

 

 

Tableau des périodes, Planning.


 

Localisez la villa sur: Google Maps.

 

location villa bord de mer antheor Côte d'azur

La terrasse.
la villa d'Anthéor,villa bord de me pied dans l'eau Agay Saint Raphael Côte d'azur

Idée visite: Cotignac. (toutes les visites)
Cotignac est un village de caractère de 2000 habitants, blotti au pied d'un majestueux rocher de tuf. Cette impressionnante toile de fond, sculptée par les eaux de la rivière la Cassole, qui passait en cascade, abrite des grottes troglodytiques. Au hasard de votre balade, vous découvrirez son cours ombragé au charme provençal, son lavoir du XIX ème , entièrement restauré, et ses deux belles fontaines. Vous croiserez également son théâtre de verdure, ses autres fontaines (il y en a 17 !), son campanile du XVème, ses vestiges de moulin à huile, son église du XIIème... Les belles rues en calade vous guideront vers toutes les richesses du patrimoine de Cotignac. Cotignac se blottit au pied d'un immense rocher de tuf de 400 mètres de long sur 80 mètres de haut, qui abrite des habitations troglodytiques. Au cours des siècles, ces grottes ont connu divers usages. A l'ère quaternaire, la rivière La Cassole, coulait par dessus le rocher. Le village actuel n’était alors que la base de cette immense chute d'eau. Depuis les années 1000 et ce jusqu'au XIX ème siècle, cette rivière a été détournée et passe à présent à l'est du village et se jette dans l'Argens. C'est donc les chutes de cette eau qui ont formé toutes les anfractuosités, les stalactites et les stalagmites. Il est difficile d'assigner une date précise à l'origine de Cotignac. Néanmoins, on sait qu'un premier village, dont on date une présence dès l'époque féodale, était installé au sommet de cette barre rocheuse, au lieu-dit «Saint-Martin », hameau qui existe encore aujourd'hui. Au cours des invasions sarrasines, même si elles n'ont pas été fréquentes à Cotignac, le village est descendu pour venir se blottir au pied de ce rocher, barrière naturelle infranchissable. C'est ainsi qu'à partir des années 1000, un deuxième village s'est installé et en 1032, un premier château a été construit à proximité. On ne peut dénombrer la population de l'époque. On sait seulement qu'en 1266, le nombre d'habitants était devenu assez important pour construire l'Eglise Saint-Pierre, l'église actuelle. Ce rocher, avec ses habitations troglodytiques, servaient alors de cachette pour les habitants, leurs troupeaux et leurs vivres pendant les périodes d'invasions. Il aurait existé d'ailleurs une grotte assez grande pour contenir tous les habitants et leurs troupeaux quand il fallait se cacher. Il reste encore des vestiges des travaux effectués par l'Homme afin d'aménager ces espaces : creusement du tuf, chaux sur les murs pour éviter l'humidité, construction de terrasses, de foyers, de potagers, d'escaliers... D'autres cavités, au pied du rocher, servaient également d'abris pour les animaux : loges à cochons, à foin...et l'on peut voir encore des morceaux de mangeoires, de râteliers, de pigeonniers... Par ailleurs, le rocher fut également, et ce jusqu'à la fin du XIX ème siècle, une carrière très active. Pour construire le village actuel, on creusait la roche pour en extraire des pierres et on comblait des caves avec les gravats qui ne servaient plus. Le nombre de cavités a donc évolué au cours du temps, selon les usages que l'on en faisait. A partir du XIV ème siècle, une vie et une activité économique se sont développées autour de ce rocher. L'hospice de la charité a été installé ici en 1314, puis des moulins à farine accolés au rocher, fonctionnaient grâce à l'eau de la Cassole. Aujourd'hui, le Rocher est le symbole de Cotignac et de son histoire.
La Chapelle St Martin Installée au quartier St Martin au IXème siècle, c'était le premier lieu de prière à Cotignac. Lorsque les habitants sont descendus se blottir au pied du rocher, cette église a été convertie en chapelle en 1266, date de construction de l'église St Pierre. En effet, il ne pouvait y avoir deux églises sur le territoire d'un seul village.
L'Eglise St PierreCette église, de style roman, a été bâtie en 1266. Elle ne mesurait alors que 196 m². Seuls les nobles pouvaient s'asseoir, le peuple restait debout, à l'arrière. Au cours des siècles, notamment au XVIIème, elle a été agrandie, et mesure aujourd'hui 808 m². Elle a été entièrement restaurée, et l'on peut voir à l'intérieur : -Un orgue du XIXème , entièrement restauré. -Un tableau d'Angélique Mongez, peintre né à Cotignac , représentant St Martin partageant son manteau. Tableau classé. -Un maître-autel en marbres polychromes, époque Louis XV, classé -Un bénitier en marbre blanc, du XVIème, classé -Un confessionnal en bois sculpté, époque Louis XV, classé.
Le sanctuaire Notre Dame de Grâces Au sud-ouest de Cotignac s'élève le Mont Verdaille. C'est sur cette colline que fut bâtie , en 1519, la Chapelle Notre-Dame-de-Grâces. Voici ce qu'en disent les anciens récits : « le 10 août 1519, la Sainte Vierge apparut à un homme appelé Jean de la Beaume. Elle lui ordonna expressément d'aller dire aux gens du pays qu'ils se rendissent en procession sur ce lieu et qu'ils y bâtissent une église sous le nom de Notre-Dame-de-Grâces ». Un mois après l'apparition, le 14 septembre 1519, la Communauté entière montait en procession sur la colline. Après des prières, le prêtre bénit la première pierre de l'édifice, qui n'était alors qu'un oratoire. Très vite, ce sanctuaire prit une importance considérable et il devint nécessaire de construire une véritable église. Ce fut fait en 1524. Les Oratoriens prirent possession de cette chapelle, y bâtirent leur monastère et y célébrèrent les offices jusqu'après la Révolution. Notre Dame, avec la venue de Louis XIV en pèlerinage, le voeu de Louis XIII de consacrer la France à la Vierge Marie, sont des souvenirs qui rappelaient trop la royauté. Ainsi, le 25 novembre 1792, les Oratoriens sont chassés de la chapelle, et le convent est converti en prison. Le mobilier et le linge furent vendus, l'argenterie (calices, ciboires...) fut dispersée. Sur ordre de Barras et Fréron , deux révolutionnaires régionaux, les bâtiments furent détruits. Le temps passa et les tensions s'apaisèrent et le 8 septembre 1811, l'inauguration de la nouvelle chapelle eut lieu. Aujourd'hui, c’est la Communauté des Frères de St Jean qui y est installée afin d'assurer les services religieux.
Louis XIV Louis XIII et Anne d'Autriche , après 20 ans de mariage, n'avaient toujours pas d'enfant. En 1637, le Frère Fiacre eut une révélation : faire trois neuvaines dont la première à Cotignac, à Notre-Dame-de-Grâces. Neuf mois plus tard, Louis XIV est né. Ses parents l'appelèrent « Louis Dieudonné » (donné par Dieu). En 1638, Louis XIII consacra la France à la Vierge Marie (Notre Dame de l'Assomption). En 1660, Louis XIV, accompagné de sa mère, fit un pèlerinage à Notre-Dame-de-Grâces, afin de remercier la Vierge de sa naissance.
Le Monastère Saint-Joseph Le 7 juin 1660 aurait eu lieu une autre apparition sur le Mont Bessillon. Un berger, Gaspard Ricard, faisant paître son troupeau, s'était allongé, épuisé de chaleur, mourant de soif. Soudain, un homme d'imposante stature surgit près de lui et lui indique un rocher en disant : « Je suis Joseph, soulève ce rocher et tu boiras ». La pierre est lourde, huit hommes par la suite pourront à peine la déplacer. Comment Gaspard seul le pourrait-il. Mais le vénérable vieillard réitère son ordre, le berger obéît, déplace le rocher et découvre une eau fraîche qui commence à ruisseler, symbole des grâces attachées à ce lieu. Il boit aussitôt et quand il se relève, l’apparition a déjà disparu. En hâte, il va porter la nouvelle au village et les curieux accourent pour constater l'exactitude de son récit. Très vite, les pèlerins se rendent en foule à cette source miraculeuse, laissant des aumônes considérables qui permirent d'élever une chapelle. Les Oratoriens s'occupèrent des offices et bâtirent leur monastère. Comme à Notre-Dame-de-Grâces, le culte cessa en 1793. Le couvent abandonné, tomba en ruines. Seule l'église fut préservée. En 1977, des bénédictines venant d'Algérie s'y installèrent pour faire revivre ce haut lieu de la piété provençale.
E-mail: officetourisme.cotignac@wanadoo.fr

Questions / réponses sur le forum de www.boulouris-sur-mer.com

Retour page d'accueil, location saint raphael, location Agay,location Boulouris
location villa bord de mer Var
Le Bord de Mer
Salle à manger
 
Tableau des périodes, Planning, disponibilités.
 

Gautier Pierre et Florence

Tel: 04 94 83 75 98
Mobile: 06 10 28 73 44
E-mail: location@boulouris-sur-mer.com